Menu

Livres

Comme les garçons ? L’économie du football féminin

par Luc Arrondel et Richard Duhautois, Editions du CEPREMAP, 2020.

Rien, dans les 17 règles du football codifiées par l’international Football Association Board
en 1886 et toujours en vigueur, ne dit que les femmes ne peuvent pas y jouer. Pourtant
l’histoire du football féminin est loin d’avoir été un long fleuve tranquille : s’il a eu ses
heures de gloire après la Première Guerre mondiale, il est retombé dans l’anonymat
jusqu’aux années 1960 avant de redevenir aujourd’hui l’objet de beaucoup d’intérêts.
La Coupe du monde en France en 2019, de par son succès populaire et économique,
a sans doute été un tournant dans l’histoire de ce sport. L’évènement est sorti du cadre
sportif en suscitant diverses polémiques, notamment celle des inégalités de revenus entre
footballeurs et footballeuses.
Mais en France comme ailleurs, alors que les sélections nationales semblent avoir trouvé
leur public, les meilleurs clubs n’enthousiasment que rarement les foules : financièrement,
comparé à son homologue masculin, le football féminin demeure une très petite « affaire ».
Ce livre fournit des outils d’analyse pour mieux comprendre l’économie du football
féminin et envisager son développement.

.

Bien-être au travail. Ce qui compte

Claudia Senik, Presses de Science Po 2020.

Le bien-être au travail ne se réduit pas à de simples facteurs individuels et psychologiques. Il tient largement à la structure des entreprises, à leur type de management et à leur climat social, qui peuvent aussi engendrer de grandes souffrances.
En s’appuyant sur des recherches récentes, françaises et internationales, l’économiste Claudia Senik met au jour les sources profondes, parfois invisibles, d’un bien-être au travail dont l’impact sur la vie sociale et économique est considérable. Elle passe en revue tous les leviers dont les services de ressources humaines devraient s’emparer pour accroître l’épanouissement professionnel de leurs salariés : autonomie, perspectives de progression, valorisation symbolique des fonctions, transparence des modes de différenciation salariale, etc.


Comment lutter contre la fraude fiscale ?

Nicolas Jacquemet, Stéphane Luchini et Antoine Malézieux, CEPREMAP, 2020.

La fraude fiscale est un sujet qui se dérobe aux outils de l’analyse économique traditionnelle. D’une part, comme toute activité illégale, la fraude fiscale échappe à l’observation du chercheur en même temps qu’elle se dissimule aux autorités : l’analyse empirique de son ampleur, de ses déterminants et de la manière dont différents dispositifs l’affectent est nécessairement très limitée. D’autre part, sur le plan théorique, l’application simple du calcul coût-bénéfice auquel est supposé se livrer le contribuable « rationnel » conduit à un paradoxe : contrairement à une idée largement répandue, les bénéfices de la fraude fiscale sont tellement élevés, et le risque de sanction est tellement faible, que l’on peut s’étonner qu’elle soit aussi peu pratiquée dans l’ensemble des économies développées. Plutôt que la fraude fiscale, c’est donc la « soumission fiscale » qui en constitue le pendant, la disposition à payer l’impôt, qu’il convient d’expliquer pour en comprendre les déterminants.


The Future of Economic Design

Edited by Jean-François Laslier, Hervé Moulin, Remzi Sanver and William. Zwicker. Springer Nature, 2019.

The Future of Economic Design. The continuing development of a field as envisioned by Its researchers. This collection of essays represents responses by over eighty scholars to an unusual request: give your high level assessment of the field of economic design, as broadly construed. Where do we come from? Where do we go from here? The book editors invited short, informal reflections expressing deeply felt but hard to demonstrate opinions, unsupported speculation, and controversial views of a kind one might not normally risk submitting for review. The contributors – both senior researchers who have shaped the field and promising, younger researchers – responded with a diverse collection of provocative pieces, including: retrospective assessments or surveys of the field; opinion papers; reflections on critical points for the development of the discipline; proposals for the immediate future; « science fiction »; and many more. The readers should have fun reading these unusual pieces – as much as the contributors enjoyed writing them.


Le référendum d’initiative citoyenne délibératif

par Loïc Blondiaux, Marie-Anne Cohendet, Marine Fleury, Bastien François, Jérôme Lang, Jean-François Laslier, Thierry Pech, Quentin Sauzay et Frédéric Sawicki. Rapport Terra Nova, 2019. Téléchargeable.

Le Référendum d’Initiative Citoyenne (RIC) répond au désir des citoyens d’être plus souvent consultés en leur donnant non seulement le choix des réponses, mais aussi celui des questions. Les risques associés à cette procédure sont cependant nombreux : affaiblissement des élus, manque de délibération, forte exposition aux manoeuvres démagogiques… Pour tirer les bénéfices démocratiques du RIC et en maîtriser autant que possible les risques, Terra Nova a exploré les solutions adaptées à l’étranger par les pays qui pratiquent ce type de procédures. Parmi les nombreux enseignements de cette exploration, nous mettons en exergue une proposition inédite en France : un RIC « délibératif » combinant étroitement démocratie directe et démocratie participative.


Voter Autrement

par Jean-François Laslier, Editions Rue D’Ulm, CEPREMAP, 2019. Téléchargeable.

Voter Autrement. Le recours à l’évaluation. La démocratie n’est plus une évidence. Ses dysfonctionnements remettent en cause son principe (le pouvoir du peuple) ou l’idée dérivée de représentation.

Or, il est possible d’améliorer la démocratie représentative sur au moins un point : la technique électorale. Il existe des manières différentes de voter, qui portent des symboliques différentes et ont des conséquences différentes. Demande-t-on à l’électeur derrière quel candidat il se range, ou bien lui demande-t-on son avis sur chacun ? Encourage-t-on le regroupement ou l’émiettement des partis ?

Ce livre offre une synthèse des connaissances à propos des votes « par évaluation », quand chaque électeur s’exprime sur chaque candidat. Il repose sur la réflexion théorique et sur de nombreuses expériences réalisées en collaboration avec le public, dans les bureaux de vote, en ligne ou en laboratoire. Certaines méthodes envisagées sont plus satisfaisantes que les systèmes actuels, et tendraient sans doute à favoriser les candidats consensuels.

En s’interrogeant sur l’art difficile de la décision collective et sur ce que pourrait être notre démocratie, l’ouvrage porte un éclairage original sur ce qu’elle est actuellement, sur ses petits défauts comme sur ses failles plus profondes.


The Origins of Happiness: The Science of Well-Being over the Life-Course

by Andrew E. Clark, Sarah Flèche, Richard Layard, Nattavudh Powdthavee, and George Ward, Princeton University Press, 2018.

« The Origins of Happiness is a wonderful book. It presents a new look at what causes human well-being, and carefully analyzes the policies and programs that can enhance it. »—Ed Diener, coauthor of Happiness: Unlocking the Mysteries of Psychological Wealth.


L’argent du Football

par Luc Arrondel et Richard Duhautois, Editions du CEPREMAP, 2018. Téléchargeable.

« Comment est-on passé d’une pratique sportive destinée à la formation des futures élites anglaises, ou en France à une pratique de patronage, à ce “business universel” ? Cet ouvrage s’intéresse au football de l’ère dite “post-moderne”, celle qui débute dans les années 1990 avec l’arrêt Bosman, l’explosion des droits TV, l’arrivée des milliardaires et des Etats dans l’univers du ballon rond. L’objectif est d’éclairer le débat sur l’argent du football en sortant des discours convenus.Le montant des transferts et des salaires des footballeurs durant l’été 2017 n’ont en effet pas manqué de susciter de fortes critiques et des commentaires catastrophistes : la “bulle” des transferts va exploser ; le “boom” économique du football mènera au “krach” et à la “crise” »


Une dose de proportionnelle : pourquoi, comment, laquelle ?

par Marie-Anne Cohendet, Jérôme Lang, Jean-François Laslier, Thierry Pech et Frédéric Sawicki. Terra Nova, 2018, Téléchargeable.

Le président de la République a souhaité introduire une « dose de proportionnelle » dans le scrutin législatif. Mais laquelle ? Les auteurs de ce rapport estiment que cette dose devrait se situer entre 25% et 50% des sièges de l’Hémicycle pour espérer atteindre l’objectif de la réforme : améliorer la représentativité de l’Assemblée nationale. En-dessous de 25%, la réforme n’aurait sans doute que des effets symboliques ; au-delà de 50%, elle sortirait du cadre qui lui est assigné. La question du nombre de sièges distribués à la proportionnelle est cependant loin d’épuiser le sujet : il faut encore se mettre d’accord sur le mode de calcul présidant à la répartition de ces sièges. Veut-on un système «additif» qui atténuerait l’effet proportionnel du scrutin, ou bien un système «compensatoire» qui l’amplifierait ? L’organisation du scrutin est également déterminante : les élus à la proportionnelle doivent-ils être choisis sur des listes bloquées fixées par les partis ? Et, si oui, à quelle échelle (nationale, régionale…) ? Etc. C’est l’ensemble de ces paramètres qui fixera l’équilibre du scrutin mixte que l’on s’apprête à mettre sur pied. Les auteurs ne se contentent pas d’exprimer leurs préférences : à partir d’un important travail de simulation, ils examinent les conséquences concrètes des différentes solutions envisageables sur la composition de l’Assemblée nationale à partir des rapports de force constatés en 2007, 2012 et 2017.